Un labyrinthe dans la cathédrale de Chartres

L’histoire du labyrinthe encastré dans les dalles de la nef de la cathédrale de Chartres est environnée de mystère.

Symbole de la quête spirituelle du pèlerin voyageant vers la terre sainte, des labyrinthes comme celui-ci ont commencé à apparaître dans de nombreux lieux de culte chrétiens, d’abord en Italie, puis dans toute l’Europe, à partir du XIIème siècle.  Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres est un très bel exemple de cet engouement architectural.

De nombreuses théories et mythes entourent sa construction. Ce labyrinthe de pierre de près de 12 mètres de diamètre a très probablement été façonné au début du XIIIème siècle, mais cela ne peut être qu’une supposition, aucun document en faisant mention n’ayant été retrouvé. Une fouille archéologique effectuée en 2001 a permis d’établir que le centre du labyrinthe fut jadis le site d’un mémorial ou d’un tombeau, mais malgré des fouilles importantes, aucune preuve n’a été trouvée pour étayer ces affirmations.

Les dernières découvertes ont démontré que le labyrinthe était initialement prévu pour la liturgie des vêpres de Pâques – soit une célébration ou l’Église rappelait la victoire du Christ sur la mort. D’étonnantes danses permettaient aux fidèles d’assister à cette traversée des enfers. Dans la chorégraphie qui avait lieu au moyen-âge, le Christ (Thésée) traversait les enfers (le labyrinthe), affrontait Satan (le minotaure), triomphait des puissances de la mort, offrant finalement sa lumière à tous ceux qui étaient prêts à la recevoir : soit un chemin sûr (le fil d’Ariane) vers la vie éternelle.

Depuis huit cents ans, les pèlerins viennent à Chartres pour parcourir le fameux labyrinthe, et le succès du lieu ne semble pas se tarir.

La cathédrale elle-même est une merveille de l’architecture gothique, construite pendant 26 ans à partir de 1145. En plus du labyrinthe, les pèlerins visitent le site pour admirer la Sancta Camisa , une relique censée être la tunique portée par Marie à la naissance de Jésus, ainsi que Le puits des saints forts – lieu de repos final supposé des premiers saints martyrs. Pour l’anecdote, ce puits fut édifié sur un ancien site sacré païen, dédié à la divinité gauloise Belisama.

La cathédrale est aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

1 commentaire sur “Un labyrinthe dans la cathédrale de Chartres

  1. Très intéressant, comme souvent avec ces articles, on a envie d’en savoir plus, de s’en inspirer pour un scénario.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *