Quand un anthropologue visite Cuenca pour étudier les indiens jivaro

Pratique venue du fond des âges, le rituel amazonien des têtes réduites ne finit par disparaître que dans les années 1950.

Intrigué par cette coutûme aussi étrange que morbide, l’anthropologue allemand Franz Bosch arriva à Cuenca en Equateur, en novembre 1906, afin d’étudier les rituels de la communauté amazonienne des Shuar, ou « indiens jivaro » comme on les appelle plus familièrement. Il avait entendu dire que des tribus de Shuar vivaient à près d’une centaine de kilomètres à l’est de Cuenca, tout près de la petite ville de Paute.

Bosch avait déjà étudié d’autres tribus amazoniennes au Brésil et au Pérou entre 1905 et 1906. C’est donc un anthropologue chevronné qui arriva à Cuenca afin de poursuivre son étude sur les tribus primitives de la région. Alfred Joyce, un prêtre irlandais affecté à l’église Todo Santos à l’époque, a déclaré que l’un des objectifs de Bosch était d’assister à une cérémonie de rétrécissement de la tête en personne. Bosch fit d’ailleurs plusieurs voyages dans la jungle dans ce but, sans succès.

Lorsque Bosch et son guide ne revinrent pas à Cuenca en février 1907, ceux qui les connaissaient, y compris le père Joyce, pensaient que Bosch avait suivi une piste qui l’aurait mené vers le nord afin de rendre visite à un autre groupe d’indigènes à l’est d’Ambato.

Plusieurs mois plus tard, alors qu’il se promenait sur le marché de San Francisco Plaza, Joyce fut stupéfait de voir deux visages familiers, bien que sous une forme grandement miniaturisée. Les têtes réduites de Bosch et de son guide pendaient côte à côte sur un étalage d’artisanat indigène. Plus tard, dans un journal de Quito, le prêtre déclara: «À mon horreur éternelle, j’ai immédiatement reconnu la crinière fluide des cheveux blonds et les caractéristiques aryennes distinctives, bien que minuscules, de Señor Bosch.» Joyce continua, suggérant que le jeune scientifique avait reçu à ses dépens une démonstration de l’art de la réduction de tête.

Après quelques minutes d’âpres négociations, Joyce acheta la tête de Bosch pour l’équivalent de 15 dollars, insistant pour que la tête du guide soit quand à elle jetée sans frais supplémentaires.

Lors d’un voyage en Europe en 1911, Joyce apporta la tête de Bosch à ses parents à Berlin. Aujourd’hui, ce macabre bibelot est encore exposé dans le musée d’histoire de la Freie Universität.

Aucun explorateur n’a été victime de réduction de tête dans le cadre de la composition de nos Expéditions. Retrouvez les  toutes sur la boutique d’Expédition Mystère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *