La légende de Stingy Jack

Halloween est souvent associé dans notre esprit à une dérive commerciale venue des Etats-Unis. Pourtant, la réalité est toute autre, les origines de cette fête se trouvant en réalité sur notre vieux Continent. Dans tout le Nord-Ouest de l’Europe, on trouve des traces historiques de coutumes proches de celles habituellement associées à Halloween. Des traditions venues du fond des âges.

D’une fête païenne à une fête chrétienne

Halloween trouverait son origine dans la fête païenne de Samhain. Il faut alors remonter aux Celtes, qui célébraient le début de l’automne. Il s’agissait de Samain en Irlande et de… Samonios en Gaule.  Sous le haut patronage des Druides, on fêtait donc déjà Halloween avant l’heure dans ce qui sera la France. En Gaule, d’ailleurs, la tradition était d’éteindre le feu de cheminée dans chaque foyer et de se rassembler autour d’un feu sacré dans le village pour éloigner les esprits maléfiques. Les braises chaudes servaient ensuite à rallumer le feu de chaque foyer pour préparer une bonne année.

Les fêtes druidiques vont ensuite progressivement se perdre, essentiellement avec l’arrivée du christianisme. La confusion avec la Toussaint va se faire aux VIIIème et IXème siècle. Samhain étant à l’origine le moment de la réunion du monde visible et du monde des morts. Certains historiens avancent que la célébration des saints, à l’origine célébrée en mai par les Chrétiens, aurait été déplacée au 1er novembre, précisément pour christianiser la fête de Samhain.

D’autres réfutent tout lien entre la veillée de la Toussaint et Samhain. Quoi qu’il en soit, le nom de cette fête populaire se transforma au fil du temps pour devenir la contraction d’une expression anglaise, Halloween, sans aucun lien direct avec la fête de Samain d’un point de vue étymologique…

La citrouille et le navet.

De tout temps, les Irlandais ont creusé des visages grimaçants dans des navets, des rutabagas, des courges, des pommes de terre et des betteraves à la veille de la Toussaint. Ils plaçaient une bougie dedans pour éloigner les mauvais esprits. C’étaient les Jack O’Lantern originales. Au début du XIXème siècle, des vagues d’immigrants venus d’Irlande sont arrivées en Amérique. Les immigrants irlandais découvrirent rapidement que les citrouilles étaient plus grosses et plus faciles à découper. Ils ont donc troqué navets et betteraves pour les grosses citrouilles d’Amérique.

 

 

Les Irlandais apportent également l’un des symboles les plus importants d’Halloween : Jack O’Lantern. Le personnage est issu d’un conte irlandais qui raconte l’histoire de Jack, méchant personnage ayant parvenu à duper le Diable.

Le conte de Stingy Jack

La légende de Jack O’Lantern remonte à plusieurs siècles dans l’histoire irlandaise. Beaucoup d’histoires se concentrent autour de Stingy Jack. Voici l’histoire la plus populaire:

Stingy Jack était un vieil ivrogne qui prenait plaisir à jouer des tours à tout le monde. Un jour, il trompa le Diable en lui faisant grimper sur un pommier. Après que le celui-ci ait grimpé dans l’arbre, Stingy Jack plaça rapidement des croix tout autour du tronc. Incapable de toucher une croix, le Diable était coincé. Stingy Jack fit promettre au Diable de ne pas prendre son âme à sa mort. Acculé, le Diable accepta le marché.  Stingy Jack enleva les croix et le Diable put descendre du pommier.

De nombreuses années plus tard, Jack finit par mourir. Il se rendit aux portes du paradis, mais Saint-Pierre lui en refusa l’entrée. Dépité, Jack descendit en enfer, mais le Diable, taquin,  lui rappela la promesse qu’il lui fit des années plus tôt. Le pauvre Jack était donc condamné à errer pour toujours dans le sombre monde des ténèbres, entre paradis et enfer, jusqu’au Jugement Dernier…

Alors, ce soir, si vous regardez au loin, dans l‘obscurité, et que vous croyez voir une lueur rouge au loin, n’ayez crainte, il ne s’agit peut-être que du pauvre Stingy Jack, en train de chercher son chemin dans la nuit éternelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *