Ada Deane, photographe de fantômes.

Si l’on parle de  carrière tardive, le cas d’Ada Emma Deane se pose là. Après avoir été femme de ménage toute sa vie, elle était âgée de cinquante-huit ans quand sa carrière de photographe médiumnique a commencé. Après s’être impliquée dans le spiritisme, elle fut encouragée par un médium du nord de Londres à développer ses pouvoirs psychiques et, en juin 1920, elle finit par développer sa première photographie psychique. Elle devint ainsi rapidement la médium la plus célèbre de Grande Bretagne.

Au départ,  son travail était controversé car elle devait tout d’abord tenir les plaques photographiques non exposées pour les «magnétiser». Certains chercheurs ont estimé que c’était un moyen de truquer le processus, un point de vue reflété dans le American Journal of The Society for Psychical Research (ASPR), Vol 15 1921 p.364. L’article suggérait que le contrôle des expériences était insatisfaisant, et que la démarche d’Ada Deane n’avait aucune valeur.

 

 

Dans la publication suivante du ASPR, cependant, la rédaction avait déjà changé son fusil d’épaule. En effet, un soutien de poids de Deane apparut en la personne de Sir Arthur Conan Doyle. l’écrivain et créateur de la célèbre figue de Sherlock Holmes raconta comment le Dr Allerton Cushman, directeur des National Laboratories à Washington aux États-Unis, lors d’une visite surprise, en juillet 1921 au British College of Psychical Science, rencontra Ada Deane. Celle-ci le prit en photo et l’image de sa fille décédée apparut.

La même année, Deane a commencé la première de sa série de photographies prises lors de l’anniversaire de l’armistice (Armistice Day), qui lui apportèrent une fulgurante notoriété. Celles-ci furent prises au cénotaphe de Londres en novembre 1921, 1922, 1923 et 1924.

 

 

La photographie prise en 1923 était remarquable, du fait que l’écrivain H. Dennis Bradley fut persuadé de reconnaître l’image de son frère décédé parmi les visages fantômatiques du tirage photographique. Bradley raconte d’ailleurs cette histoire dans son livre intitulé Towards the Stars.

Cependant,l’image de 1923 suscita la controverse. Le Daily Sketch prétendit que les visages étaient ceux de sportifs célèbres à l’époque, ce qui indiquerait que l’image serait un faux grossier. Une fois de plus, Sir Arthur Conan Doyle balaya ces suspicions d’un revers de la main et prit le parti d’Ada Deane, ce qui mit rapidement fin à la polémique.

Ada Deane a fait l’objet d’une enquête considérable. Alors que des enquêteurs tels que Hereward Carrington étaient prêts à accepter l’authenticité des photographies, d’autres continuaient à penser que c’était de la pure escroquerie.

Comme le note Martyn Jolly dans Faces of the Living Dead (2006), Ada Deane est devenu «l’un des photographes les plus occupés de Grande-Bretagne, enchaînant plus de 2.000 séances, dont beaucoup étaient destinées à des gens ordinaires.

Vaste escroquerie ou réels pouvoirs surnaturels, le travail d’Ada Deane continue de nous fasciner encore aujourd’hui…

Si les histoires de fantômes vous intriguent, nous ne saurions que vous recommander de découvrir l’Expédition « Le fantôme de Hoan Kiem »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *